EFONDJA PENSE À L’EXPLOIT

Ce soir, David Efondja devrait animer l’attaque de Biesheim face à Lyon-la-Duchère (19 h 30). Le massif avant-centre, qui n’a pas renié ses rêves professionnels, sait qu’un 32ede finale de Coupe de France serait un énorme coup de projecteur pour le club, et pour lui aussi s’il continue à se montrer décisif sur le terrain.
Il aurait pu signer au Havre. Mais David Efondja n’a finalement pas rejoint le club doyen. L’Ébroïcien a mis le cap à l’Est pour poser ses valises à Mulhouse. Après trois années à passer des U 19 Nationaux au groupe de la CFA, au FCM, le massif attaquant a eu le temps de se faire à son nouvel environnement. Et de se faire des amis, à l’instar de Saïd Sakhri, son « meilleur pote » avec qui il a « tout fait », et qui le rejoindra plus tard à Biesheim.

Biesheim, justement, est son nouveau port d’attache depuis 2015, l’année où il a choisi de reculer dans la hiérarchie pour mieux jongler les défenses. « Je savais que descendre en CFA 2 (N3) pouvait me permettre de retrouver la lumière en marquant beaucoup de buts. »

En deux exercices de National 3, ponctués chacun par douze buts, il s’est à la fois rassuré et a rendu la confiance que lui a témoignée le club rhénan. « Ici, on me donne des responsabilités, apprécie l’avant-centre de 23 ans. Je dois être un leader, il y a comme un poids sur mes épaules, et j’aime ça. »

• « Je vais laisser mon âme sur le terrain »
Et pour sa troisième saison à l’est de Colmar, commencée par un claquage à la cuisse gauche qui l’a privé des trois premiers matches de championnat, David Efondja a mis en adéquation ses paroles et ses actes. Ses trois buts en neuf matches de N3 – mais cinq en cinq rencontres de Coupe de France – pèsent lourd, sept points sur les quinze que totalise l’ASCB.

Pas plus tard que le week-end dernier, c’est lui qui a scellé le succès haut-rhinois face à Trémery sur le même score que contre Épernay : 1-0. De quoi renforcer son statut de titulaire à la pointe de l’attaque rhénane où avait débuté la recrue Bruno Charoy en août.

« Même quand j’étais blessé, j’ai fait les déplacements avec l’équipe. On est comme une famille, soutient le Normand d’origine. Avec Bruno (ainsi que David Viana et Vauvenargues Kehi), on fait la route ensemble depuis Strasbourg. C’est un bon gars. Je sais que ce n’est pas facile pour lui de jouer moins alors je l’encourage. »

Si comme tout buteur il a une petite part d’égoïsme en lui, David Efondja pense néanmoins collectif – « quand tu as derrière toi des joueurs capables de faire la différence seuls ou collectivement, ce n’est que du bonheur ». Même si être le héros du match n’est pas pour lui déplaire. « Quand on mène son équipe à la victoire, on a envie de récidiver » , dit-il.

Seul devant, ou en compagnie de Julien Jacquat, « que je considère comme mon petit frère et à qui je donne des conseils » , il connaît sa mission lors du 8e tour de Coupe de France qui l’attend ce soir (19 h 30) face à Lyon-la-Duchère, club de National. Lui qui n’a jamais dépassé le 6e tour – c’était avec le FC Mulhouse – a « envie de connaître l’expérience d’une aventure en coupe ».

Volontiers offensif, on le serait à moins à son poste, il promet de ne « pas tourner le dos » à l’adversité même si l’équipe rhodanienne sera un gros morceau à avaler. Et l’attaquant assure qu’il ne cogitera pas (son petit défaut) s’il venait à manquer ses premiers ballons. L’enjeu est trop important pour ne pas se donner toutes les chances de réussir.

• L’exemple d’Évreux
Ce que veut David Efondja, comme le souhaite d’ailleurs son entraîneur Hervé Milazzo (voir ci-contre), c’est profiter du moment. Sans se laisser parasiter par la perspective d’un possible 32e de finale historique.

« C’est sûr que c’est un rêve pour tout footballeur amateur. Mais on ne va pas se montrer trop gourmand. Après notre qualification à Trémery (0-1 au 7e tour), je suis retourné en Normandie et j’ai vu Évreux (N3) battre (3-2) Le Havre (L2) en mettant les bons ingrédients pour passer. C’est possible , appuie-t-il. Moi, j’ai 23 ans et l’ambition d’aller encore plus haut. Et la coupe offre une belle exposition. Contre la Duchère, je vais laisser mon âme sur le terrain. »

Et on l’a compris, David Efondja est du genre à faire ce qu’il dit…

EFONDJA

Décisif face à Trémery le week-end dernier, David Efondja espère récidiver ce soir pour envoyer l’ASC Biesheim pour la première fois de son histoire en 32 e de finale de la Coupe de France.

SOURCE : http://c.lalsace.fr/liseuse/COL/20171201

Attachment

EFONDJA

Les partenaires Premium