LA GRANDE « FINALE »

En trois jours, à la faveur de la double confrontation victorieuse face à Prix-lès-Mézières, Biesheim a changé de cap. Après avoir acquis le maintien, l’ASCB visera, demain sur la pelouse du FR Haguenau, la première place de son groupe en N3.

Le football recèle parfois de bien curieux paradoxes. Dans un groupe “Grand Est” très homogène – le plus fourni, aussi, avec ses 16 équipes –, l’ASC Biesheim, deuxième, ne devance le premier relégable, Épernay, que de onze points.

Aucune formation n’a vraiment mené la course en tête tout au long de la saison. Avec ses 51 points, l’actuel leader, Haguenau, est “distancé” par la grande majorité des leaders des autres poules qui, pourtant, n’ont disputé en moyenne que 24 rencontres. Les autres groupes – hormis celui de la Bourgogne/Franche-Comté (15 équipes) – ne comportent en effet que 14 formations.

• Comme un air de coupe…

Déjà auteur d’une saison à marquer d’une pierre blanche, grâce à son aventure en Coupe de France – arrêtée le 24 janvier contre Grenoble (2-2, 0-3 t.a.b.) –, l’ASCB est devant un nouveau défi. Une victoire à Haguenau lui permettrait de partager le fauteuil de leader avec les Bas-Rhinois. Un succès par deux buts d’écart lui offrirait tout bonnement la tête du classement, Haguenau l’ayant emporté 2-1 à l’aller dans le Haut-Rhin.

Autant dire que les Rhénans se trouveraient sur une voie royale au moment de boucler la saison contre Sarre-Union et Amnéville. Pas mal pour une équipe qui, depuis le début de la saison, poursuivait inlassablement le maintien avec son bâton de pèlerin… Ce qui fait dire au président Nagor : « Même si on va jouer un match d’exception, dans une ambiance exceptionnelle, nous restons fidèles à nos principes, en prenant les rencontres les unes après les autres et en demeurant sur la dynamique de la Coupe de France qui a consolidé une cohésion sans faille à tous les niveaux du club. »

Au passage, il se permet un petit retour en arrière, sous forme de petit clin d’œil de l’histoire. « Quand nous étions montés (le 10 juin 2013) , nous avions échoué à Soleil Bischheim (3-0) , mais Vauban avait fait le travail du côté de… Haguenau (2-3) , nous expédiant en championnat de France. »

Pour s’offrir un choc pour la montée en N2, demain au Parc des sports de Haguenau, les joueurs d’Hervé Milazzo ont su forcer leur destin lors des deux dernières confrontations contre Prix-lès-Mézières (victoires 1-0), en marquant à chaque fois lors des derniers instants. « En fin d’exercice, les rencontres se jouent au mental et à l’énergie », constate l’entraîneur rhénan. Mais pourquoi ne pas y voir aussi un signe du destin ?

• « Nous ne refuserons pas la montée »

Le destin, justement, va se décider lors de la prochaine quinzaine et le président Nagor, en homme responsable, est obligé de le prendre en compte. « Pour l’instant, on ne parle pas de la suite. Quoi qu’il arrive, on a fait une super saison. C’est loin d’être anodin. Si jamais nous sommes en mesure d’accéder à l’échelon supérieur, nous ne refuserons pas la montée. »

La feuille de route a le mérite d’être tracée et, surtout, d’éclairer le groupe dans la toute dernière ligne droite.

Demain, Julien Jacquat retrouvera le groupe après avoir purgé sa suspension. Ludovic Chevrier, qui a repris l’entraînement, devrait en faire de même. Pour Yoann Grosperrin, qui se contente de trottiner, l’incertitude est de mise.

LE GROUPE BIESHEIMOIS : Kehi, Luis, Meyer, Muller, Finance, Bischoff, Chevrier (?), Grosperrin (?), Dardouri, Miliani, G. et J. Jacquat, Wagner, Fuchs, Laufenburger, Viana, Efondja, Charoy.

1DBB71A7-B5F7-4994-9F63-3E0E9A9A7A63

L’ASC Biesheim (en blanc et bleu) peut rendre sa saison encore plus belle, demain à Haguenau.

Source : DNA

Attachment

1DBB71A7-B5F7-4994-9F63-3E0E9A9A7A63

Les partenaires Premium