Un nul au goût de défaite

Menant 2-0 après huit minutes de jeu puis 3-0, en début de deuxième mi-temps, Biesheim s’est fait rejoindre par des Lunévillois qui sont parvenus à arracher un nul au parfum de victoire.

À côté de la plaque pendant une mi-temps, trahis par un déchet  technique abyssal, les hommes de Rachid Maatar ont finalement effacé trois buts de retard pour préserver leur invincibilité, à domicile, et rester au contact de Mulhouse. Pourtant, quand Jacquat a trompé Bracigliano (0-3, 52e ), plus grand monde n’y croyait.

Mais voilà, quatre minutes plus tard, Do Rosario glissait une ouverture parfaite à Samba, qui effaçait Kehi pour entretenir l’espoir (1-3, 56e ). Mieux, et alors que Goncalves et Caromel trouvaient successivement Kehi et un défenseur sur la même action (57e ), Samba provoquait un penalty qu’il transformait en deux temps (2-3, 72e ).

Le vent avait tourné et les Alsaciens avaient perdu la recette des contre-attaques qui ont si souvent empoisonné Lunéville. Et à l’issue d’un long coup franc redressé par André, Caromel participait lui aussi à l’écriture de ce scénario inespéré (3-3, 76e ).

Biesheim était KO debout mais encaissait le coup à l’image d’une volée de Guillaume Jacquat qui léchait le cadre (85e ) et d’une ultime frappe de Viana, qui secouait le petit filet (90e +3).

Mais les joueurs d’Hervé Milazzo quittaient la pelouse en ruminant un nul au goût de défaite alors que les Lunévillois savouraient ce point que leur coach assimilait à une victoire.

Impossible à imaginer en première période

Après une faute de Sow sur Jacquat, un penalty de Dardouri couronnait la première offensive alsacienne (0-1, 5e ). Sur la deuxième, Sow concédait un corner qui ricochait sur la tête de Grosperrin et échouait dans le but de Bracigliano (0-2, 8e ). Pétrifiés, les locaux rataient tout ou presque même si Meyer intervenait devant Do Rosario sur une frappe de Samba (20e ). Pire, Do Rosario transformait en vulgaire terrine le caviar que lui servait Anthony Goncalves (30e ).

Ils flirtaient même avec l’humiliation quand une frappe détournée de Fuchs fuyait le cadre d’un Bracigliano pris à contre-pied (33e ).

L’issue de cette rencontre était alors impossible à imaginer.

Source : http://c.dna.fr/sports/2017/10/29/un-nul-au-gout-de-defaite

Les partenaires Premium