UNE PREMIÈRE À BIESHEIM ?

Après deux nuls et une défaite, les Rhénans désirent à présent remporter leur première victoire de la saison en National 3 à la faveur de la réception des réserves professionnelles du FC Metz, ce soir à 18 h.

Entre deux tours de Coupe de France, la formation d’Hervé Milazzo se doit de se montrer plus réaliste en essayant de concrétiser ses nombreuses occasions qu’elle s’est procurées comme lors de ses premiers déplacements à Pagny et à Molsheim contre le RC Strasbourg II. 

La défaite à domicile (0-2) contre le FC Mulhouse ayant le même contenu, de solidité et d’esprit de corps, mais là encore, avec une finition aux abonnés absents. 

• Une belle opportunité
Ce réalisme qui, lui, était bien présent, mais dans un tout autre contexte lors de la sortie « récréative » du côté de Bergheim, dimanche passé, où Julien Jacquat (4 buts) s’est avéré un animateur hors pair.

Pas sûr qu’au prochain tour de l’épreuve reine contre le bourreau de l’an dernier, Kronenbourg, la donne soit la même. Mais avant cette échéance, les Rhénans se doivent de ne pas rater ce premier « tournant » contre des Lorrains qui, depuis leur victoire à l’entame de l’exercice (2-0 contre Épernay), « stagnent » avec trois nuls, dont le dernier (2-2) assez surprenant contre le promu Erstein.

Pas de quoi de vraiment se… « sucrer », coté visiteur, et peut-être une réelle opportunité pour le club de Marc Nagor de lancer réellement la saison après le couac d’entrée contre le FC Mulhouse.

En remportant ce si précieux premier succès, les Wagner, Miliani et autre Viana s’injecteraient au passage une véritable piqûre de confiance pour la suite des opérations qui ne s’apparente guère à un long fleuve tranquille. Le groupe du « Grand Est », le seul avec 15 équipes et quatre descentes (avec la Bourgogne – Franche-Comté) étant réputé comme le plus costaud de l’hexagone.

• Yoann Grosperrin blessé
Yoann Grosperrin, touché, fera défaut pour cette rencontre que ses coéquipiers aborderont avec beaucoup de conviction et d’allant, en se disant que « séduire » c’est bien, mais « sévir », c’est passer au stade supérieur.

Celui qui se concrétise dans les filets adverses…

Le groupe : Kehi, Luis, Meyer, Sakhri, Finance, Muller, G. et J. Jacquat, Chevrier, Wagner, Bischoff, Dardouri, Viana, Miliani, Fuchs, Efondja et Charoy.

EFONDJA ASCB

SOURCE : http://c.lalsace.fr/liseuse/COL/20170916

Les partenaires Premium