BIESHEIM A DÛ S’ARRACHER

News
BIESHEIM A DÛ S’ARRACHER

Publié il y a 4 semaines par

BIESHEIM A DÛ S’ARRACHER
Mené 1-0 à la pause hier à Ernolsheim-sur-Bruche face à une Entente Molsheim/Ernolsheim qui évolue deux divisions plus bas, le club rhénan a dû attendre la 88e minute pour valider définitivement son ticket pour les quarts (4-2).

La hiérarchie a été respectée hier à Ernolsheim-sur-Bruche où Biesheim, 6e du groupe Grand Est de National 3, s’est imposé 4-2 face à l’Entente Sportive Molsheim/Ernolsheim, 3e de la poule E de Régional 2. Malgré les deux divisions d’écart, le dernier représentant bas-rhinois a longtemps regardé les yeux dans les yeux le pensionnaire du championnat de France. Et même mieux que ça, puisque les joueurs de Nicolas Demuth, pourtant privés de trois pièces maîtresses blessées (Cyril Dreyer, Corentin Munch et Jérémy Aublin), ont mis d’entrée les ingrédients nécessaires pour gêner la troupe de Hervé Milazzo : une pincée de réalisme offensif et un soupçon de baraka défensive.

Ils ont subtilement saupoudré les deux en première période, en ouvrant le score sur un superbe coup franc du gauche de Lucas Plautz à la 22e , avant d’être sauvés par leur transversale sur un non moins superbe coup franc de Julien Fuchs (35e) et une frappe enroulée de Guillaume Jacquat (45e +1).

« Cette bonne équipe de Molsheim/Erno (Ndlr : éliminée 3-1 en 2018-2019 par un autre club haut-rhinois de N3, Saint-Louis), et son bloc solide nous ont beaucoup gênés », reconnaît Hervé Milazzo. « Mais de notre côté, nous n’avons pas fait le match que nous voulions. Nous avons manqué de liant dans le jeu, offensivement et défensivement. Nous n’avons pas su mettre du rythme […]. La manière n’a pas été conforme à notre rang. »

Menés au repos, les Rhénans ont tout de même haussé le ton après la pause. Ils ont ainsi très vite égalisé par Saïd Dardouri, prompt à exploiter une hésitation entre Tom Kauffer et l’un de ses défenseurs pour glisser du bout du pied le ballon au fond (55e ). Ils ont ensuite fait le break en cinq minutes, grâce à une tête de David Efondja à la réception d’un centre de Julien Fuchs (70e ), puis un penalty de Julien Jacquat, après une légère faute de Robin North sur son frère Guillaume (75e). Au départ de l’action, David Viana avait fait trembler la barre pour la 3e fois, alors que dix minutes plus tôt, Julien Jacquat avait lui aussi touché du bois - la base du poteau droit - sur une demi-volée (65e ).

Mais en permettant à l’ESME de revenir à 3-2 tout de suite après grâce au rentrant Jilli (76e ), Ludovic Chevrier et les siens sont restés sous la menace jusqu’au bout ou presque. Jusqu’à un autre magistral coup franc de Fuchs, synonyme de libération (88e ).

Leur coach peut savourer sans excès. « On savait que ça serait compliqué. Mais on ne pensait pas que ça le serait autant. Le plus dur a été fait. Mais on ne va retenir que la qualification. L’an passé, nous avions été éliminés à Illkirch et n’étions pas allés en quarts. On fait mieux pour cette 2e édition. C’est l’autre point positif. »

source : l'Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter