BIESHEIM N’ÉTAIT PAS LOIN

News
BIESHEIM N’ÉTAIT PAS LOIN

Publié il y a 2 semaines par

BIESHEIM N’ÉTAIT PAS LOIN
Un ultime coup franc lorrain a privé les Rhénans d’une victoire qui n’aurait pas été usurpée hier après-midi (2-2). Les Biesheimois ont mené deux fois au score sans pouvoir décrocher définitivement la réserve messine.

Les Rhénans peuvent s’en vouloir d’avoir laissé filer une victoire qui leur tendait pourtant les bras face à la réserve messine. Celle-ci, très à son affaire en première période, malgré le but de Miliani, est d’abord revenue dans la rencontre sur un but qu’on peut qualifier d’évitable, pour ensuite égaliser sur un coup franc dévié bien malencontreusement au passage, mais qui faisait bien son affaire au moment où elle n’y croyait plus de trop.

Au coup d’envoi, l’ASC Biesheim, privée d’Alves, malade, se devait d’enchaîner face à une équipe lorraine qui, avec pas moins de cinq joueurs professionnels, avait fort belle allure. D’ailleurs l’un d’eux, Ndiaye (17e ), après un premier quart d’heure relativement cadenassé, allait rater le cadre de fort peu sur le centre de Collet. Cette première escarmouche va d’ailleurs servir de tremplin aux Lorrains. Cappa (34e ) intervient ainsi sur un missile déclenché par Mikautadze pour rester encore sous la menace constante de quelques corners. Mais dans l’adversité, les locaux, un court instant, desserrent l’étreinte pour débloquer le compteur. Julien Jacquat sème ainsi deux défenseurs pour trouver Miliani, qui loge la balle au fond des filets d’un Diestch médusé. Ce dernier repousse encore la tentative de Miliani (41e). Preuve que le combat venait bien de changer de physionomie au moment de regagner les vestiaires.

À la reprise les locaux demeurent dans le droit fil de l’ouverture du score quand Fuchs (58e ), mis sur orbite par Julien Jacquat, voit sa balle lécher la barre transversale. Néanmoins, les Lorrains égalisent quand Yade se montre plus prompt pour marquer sur une balle qui tarde à être dégagée. Puis Dietsch, le gardien messin, va à la faute quand il fauche Julien Jacquat (66e ). Viana ne fait pas prier sur le penalty pour redonner un cran d’avance aux siens. Arrive cet ultime coup franc que le meilleur joueur visiteur, Mikautadze, transforme avec la complicité d’un mur qui avait tendance à se lézarder (87e ).

Source : l’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter