BIESHEIM PUNIT SAINT LOUIS

News
BIESHEIM PUNIT SAINT LOUIS

Publié il y a 1 semaine par

BIESHEIM PUNIT SAINT LOUIS
Auteur d’une énorme seconde période, Biesheim n’a eu aucune difficulté à croquer une faible équipe de Saint-Louis pour s’adjuger le derby et se relancer au classement (0-3). Tout le contraire des Ludoviciens, plongés dans une profonde crise sportive.

Soucieux de se rassurer défensivement après deux camouflets, subis respectivement à la FAIG (4-0) et à Sarre-Union (4-1) il y a quatre jours, Saint-Louis et Biesheim entament ce derby haut-rhinois prudemment.

Le premier frisson intervient après sept minutes de jeu lorsque Miliani s’écroule dans la surface, mais l’arbitre laisse le jeu se poursuivre. De jeu, il n’en sera pourtant pas beaucoup question durant ce premier acte soporifique. Les Ludoviciens, sur un mouvement initié par Yao, ont l’occasion de passer devant au tableau d’affichage, mais Bidouzo est trop court pour reprendre le centre de Sartori (21e ).

Légèrement plus convaincants, les Rhénans auraient, eux aussi, pu trouver l’ouverture si le centre-tir de Reppert avait trouvé preneur au second poteau (37e ).

Saint-Louis redémarre la seconde période avec de meilleures intentions et privilégie le jeu rapide. Sur une contre-attaque express où les Frontaliers se retrouvent en supériorité numérique, Asad tergiverse au moment de centrer et trouve les gants de Cappa, tout heureux de l’offrande (55e ).

Les hommes de Cédric Decker ne vont pas tarder à regretter cette munition gâchée. Sur le contre, Biesheim obtient un excellent coup franc que Guillaume Jacquat transforme magistralement, d’un coup de patte en pleine lucarne, côté ouvert, avec l’aide de la barre transversale (57e ).

Mal en point, Saint-Louis voit son capitaine Niang sortir sur blessure, et perd complètement pied. Les espaces s’ouvrent pour les Rhénans, Bischoff chauffe les gants de Funfschilling des 25 m (60e ), alors que Wagner manque de peu le cadre (68e ) et que Reppert se heurte à une superbe parade du portier ludovicien (71e ).

Ce n’est que partie remise pour les poulains de Milazzo, auteur d’un coaching inspiré. Fraîchement entré en jeu, Julien Jacquat met au supplice Varsovie d’un dribble dévastateur et trompe Funfschilling d’un tir en force dans un angle fermé (73e ). Désemparés, les Ludoviciens boivent le calice jusqu’à la lie. Lui aussi sorti du banc de touche, Viana nettoie la lucarne d’un missile (80e ) et conclut en beauté la belle soirée biesheimoise. Au grand désarroi d’une équipe frontalière désormais relégable au classement…

Source : L’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter