BIESHEIM RENTRE DANS LE RANG

News
BIESHEIM RENTRE DANS LE RANG

Publié il y a 1 mois par

BIESHEIM RENTRE DANS LE RANG
Biesheim avait l’occasion de remporter un quatrième succès d’affilée, hier face à la lanterne rouge amnévilloise. Mais rien ne s’est passé comme prévu et l’ASCB en a été quitte pour une grosse désillusion (1-2).

Un bon quart d’heure et puis… plus rien. Ou si peu. Voilà comment on pourrait résumer le match de l’ASC Biesheim qui s’est logiquement inclinée face à Amnéville, la lanterne rouge. Pourtant, l’occasion était belle de consolider sa place sur le podium en National 3.

C’est qu’en 2020, l’ASCB avait enfin pu enchaîner une série positive matérialisée par trois victoires consécutives en championnat - à Amnéville (3-1), contre Saint-Louis (1-0) et Prix-lès-Mézières (4-0) - suivies d’un succès en Coupe du Grand Est face à Geispolsheim (2-1). Une dynamique qui a rasséréné tout un club en proie au doute au milieu de l’automne.

Le premier quart d’heure, hier, a confirmé la bonne forme du moment. Biesheim a sérieusement bousculé son adversaire et aurait dû mener au score. Mais Julien Jacquat a trouvé la main ferme de Keldenich au bout d’un contre (9e ) alors que Miliani a vu son tir repoussé par le poteau alors qu’il avait éliminé le portier mosellan (11e ).

Cela sonnait comme une belle promesse mais ces intentions louables n’ont pas connu de prolongement. Une frappe sèche de Boussena détournée sur sa ligne par Cappa (13e ) a conforté Amnéville dans son idée d’être moins passif sur le terrain. Résultat, le relégable s’est enhardi, à juste raison, et a ouvert le score par Pignatone à l’affût après une partie de billard dans la surface alsacienne (0-1, 20e ).

Sonnés, les Haut-Rhinois ont aggravé leur cas en donnant tout le temps au même Pignatone de ciseler son centre parfaitement coupé par Abdelkadous dans les six mètres (0-2, 24e ). Ce scénario n’était absolument pas prévu et les Rhénans ont eu toutes les peines du monde à le réécrire. La tentative d’Alves (30e ), consécutive à un coup franc, et la reprise de volée de Fuchs dans la niche (35e ) n’ont esquissé qu’une timide réaction. « Jouer quinze minutes dans un match ne suffit pas, déplorait dans le vestiaire Hervé Milazzo. C’était un jour sans et dans ce cas, on n’a pas de marge sur n’importe quel adversaire. On était trop pauvre techniquement, pas à notre niveau individuellement. C’est un vrai coup d’arrêt mais il n’y a même pas de regret.

Après le repos, face à une équipe lorraine qui s’est contentée de (bien) défendre pour mieux jaillir en contre, l’ASCB s’est montrée bien trop brouillonne pour déstabiliser ce bloc bas. L’espoir est néanmoins revenu sur un coup franc direct de Julien Jacquat, dévié dans la surface, qui a pris à contre-pied Keldenich (1-2, 64e ). Le début de la révolte Pas vraiment.

Les Bleus, pénalisés à certaines occasions par les excès d’individualisme de leur avant-centre Jacquat, ont été incapables d’accentuer leur pression pour égaliser. Et globalement, ils n’en ont pas fait assez pour mériter autre chose que leur sixième défaite de la saison qui les fait rentrer dans le rang. « Le discours n’a jamais changé, a assuré Hervé Milazzo. On veut atteindre la barre des trente, trente-deux points (pour se maintenir) le plus rapidement possible. Cela passera par des prestations autrement plus abouties.


source : L'Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter