Julien Jacquat, l’envie de très bien faire

News
Julien Jacquat, l’envie de très bien faire

Publié il y a 2 semaines par

Julien Jacquat, l’envie de très bien faire
Unique buteur sur la pelouse de la réserve troyenne, Julien Jacquat espère vivre un exercice plein à Biesheim après avoir rongé son frein, à l’infirmerie, la saison dernière.

Le plan s’est déroulé sans accroc. Dès l’échauffement, Julien Jacquat, as Hannibal Smith, avait prévu ce qui allait suivre. Il en avait même informé Saïd Dardouri. « Je lui ai dit qu’il fallait qu’on marque rapidement pour ensuite jouer en transition. »

Moins de deux minutes après le coup d’envoi, il trouvait lui-même l’ouverture après une récupération haute de la balle, via un pressing conjoint avec Alain Reppert, d’une frappe enroulée à l’entrée de la surface. Tranquille comme l’attaquant qu’il essaie de devenir.

« J’ai gagné en sérénité devant le but. Aujourd’hui, quand je repense au poteau contre Grenoble (alors que Biesheim menait 2-1 en prolongation avant de finalement s’incliner aux tirs au but en 16es de finale de la Coupe de France, ndlr), je pense que je m’y prendrais mieux. Je ne dis pas qu’il y aurait eu but à 100 %, mais je me serais moins précipité, estime celui qui a été l’auteur dans l’Aube de sa troisième réalisation en championnat. Je ne me suis pas mis d’objectif chiffré mais atteindre pour la première fois la barre des dix buts, ce serait pas mal. »

Pour y arriver, encore faut-il que Julien Jacquat traverse le championnat sans encombre. Pas comme la saison dernière où une blessure à l’ischio gauche l’a tenu éloigné des terrains durant cinq mois. Et qui l’oblige encore aujourd’hui à faire des séances de kinésithérapie bihebdomadaires. Cette première grosse blessure lui a néanmoins permis de « passer un cap mentalement » selon lui. De se recentrer sur son avenir de footballeur.

C’est donc avec « l’envie de tout casser » et de poursuivre son évolution qu’il a attaqué sa troisième saison de National 3. « J’ai pris de l’expérience et à l’entraînement je bosse pour être un vrai joueur de N3, raconte-t-il. Il faut de la rigueur, rester concentré et être constant. » Des qualités qu’ils s’efforcent de cultiver pour fuir les reproches du passé.

Dans ce championnat homogène, « où chaque match est un combat », Julien Jacquat doit aussi composer avec la concurrence en attaque. Un turnover que l’entraîneur Hervé Milazzo applique d’ailleurs à toutes les lignes de l’ASC Biesheim. « Ce n’est pas dérangeant, il faut différents profils pour s’adapter à l’adversaire, souligne-t-il. Et puis ça permet aussi de se remettre en question, d’enclencher une nouvelle dynamique. »

Sa dynamique personnelle, il espère qu’elle l’amènera un jour, pas trop lointain si possible, à aller voir plus haut. S’il rêve de foot, le jeune Alsacien a néanmoins été rattrapé par les nécessités de la vie active. Il livre des repas aux personnes âgées comme il délivre ses coéquipiers sur le terrain. D’un côté comme de l’autre, Julien Jacquat ne veut laisser personne sur sa faim.


source : L'Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter