KEHI - CAHA

News
KEHI - CAHA

Publié il y a 9 mois par

KEHI - CAHA

Vauvenargues Kéhi a souvent été déterminant pour son équipe en coupe de France.

En difficultés en championnat, Vauvenargues Kéhi et Biesheim espèrent de relancer en coupe de France.

À Amnéville, samedi dernier, Vauvenargues Kéhi est allé chercher le ballon trois fois au fond de ses filets. Comme une mauvaise habitude. Dix-huit buts encaissés en dix sorties, c’est en effet beaucoup trop.

« Collectivement, je n’ai pas l’impression que l’on concède plus d’occasions que la saison passée. Après, individuellement, je me trouve moins décisif », assume avec plein de lucidité le portier de 26 ans.

Même s’il sait qu’il peut mieux faire, l’ancien international français, chez les jeunes, souhaite regarder vers le futur. Et ce 7e  tour de la Coupe de France.

Si en championnat, la situation n’est pas confortable (11e ), il y a bien une compétition qui réussit à Biesheim : la Coupe de France. Et “Vauve” s’y montre plutôt à son avantage.

Certes, le club a été épargné par le tirage pour le moment. Ça n’a pas empêché l’ancien gardien du Racing de devoir s’employer pour éviter une déconvenue à Golbey (R2). Dans les Vosges, il a ainsi sorti un tir au but pour permettre aux siens d’accrocher une qualification par la petite porte (2-2, 4-1 t.a.b.).

• « Un match de coupe peut vite s’échapper »

Le gardien est coutumier du fait. Un an auparavant, au 4e tour, c’est en détournant un penalty qu’il avait sauvé la mise. Et Biesheim était allé jusqu’en 16e  de finale.

Un exploit que les Haut-Rhinois aimeraient bien réitérer . « C’est vrai que la pression monte. On sent que les 32e de finale (avec l’entrée en lice des clubs de L1, NDLR) sont accessibles. »

Évidemment, sur le papier, tomber sur Rossfeld, formation de Régional 3, a tout du tirage rêvé. « C’est le match le plus abordable, convient Vauvenargues Kéhi. Si on fait ce qu’il faut, on passera. Mais un match de Coupe peut vite t’échapper. »

Actuellement, le gardien est conscient qu’un grain de sable peut enrayer la mécanique rhénane pourtant si bien huilée au printemps. Alors pas question de faire un complexe de supériorité. Surtout dans une Coupe de France qui se plaît à réécrire les scénarios les plus fous à chaque édition.

« On connaît cette compétition. L’ambiance n’a rien à voir avec le championnat. Et si l’équipe d’en face s’enflamme, tu peux vite te sentir fébrile », prévient Vauvenargues Kéhi.

« Le mieux, c’est de marquer rapidement. Et de montrer que ce sera trop difficile de réaliser l’exploit. Tout ça, c’est psychologique » , analyse-t-il.

 

Et si d’aventure, le “Petit Poucet” bas-rhinois s’essayait quand même à défier la logique, Kéhi est bien décidé à « faire le ou les arrêts qu’il faut pour que notre adversaire ne passe pas. »

Se montrer décisif, Vauvenargues Kéhi n’attend que ça. Même si, tout bien réfléchi, passer un dimanche après-midi plutôt calme lui conviendrait tout autant. Ce qui le changerait du championnat.

 

Source : L’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter