KEVIN DONNE LE MEILLEUR

News
KEVIN DONNE LE MEILLEUR

Publié il y a 5 mois par

Kevin Meyer a trouvé la bonne carburation à Biesheim où il est désormais titulaire.

KEVIN DONNE LE MEILLEUR

Arrivé la saison dernière de la réserve du Racing, Kevin Meyer est titulaire dans le couloir gauche de la défense rhénane. Si ses rêves de professionnalisme ont (un peu) vécu, il n’était pas question pour le latéral de lâcher le foot du jour au lendemain.

Le 30 mars prochain, Kevin Meyer sera bien sur la pelouse. Il aurait rêvé que ce soit celle du stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d’Ascq, avec une place en défense en compagnie de son pote Anthony Caci, un soir de finale de la Coupe de la Ligue. Il devra se contenter de l’herbe du stade Paul-Chandon d’Épernay, dans un match qui comptera pour le maintien en N3.

En juin 2017, le Mitzachois était pourtant encore un joueur du Racing. Enfin, de la réserve d’un Racing qu’il avait rejoint chez les U 17 après avoir usé ses crampons à Riedisheim puis aux SR Colmar. Mais son aventure strasbourgeoise touchait à sa fin, dans le même élan que ses désirs de professionnalisme resteraient inassouvis.

« Passer pro, tout le monde en rêve, mais c’est très difficile. Je suis pourtant arrivé (en 2012) au Racing (alors en CFA) à une période où il n’était pas au top de sa forme. Il y avait aussi moins de concurrence chez les jeunes car on était avant tout des Alsaciens alors qu’aujourd’hui le club prospecte partout » , souligne le défenseur de 22 ans. « On se disait que l’on pouvait faire partie de la reconstruction du club. Mais tou t est allé de plus en plus vite.  »

• « Moi, j’ai donné tout ce que j’avais »

Beaucoup d’appelés et peu d’élus, donc, comme Anthony Caci ou Ihsan Sacko, aujourd’hui à Nice, pour se faire une place dans le groupe pro. La réussite actuelle de Kevin Zohi, et à un degré moindre celle d’Ismaël Aaneba voire Duplexe Tchamba, que Kevin Meyer a également croisés sur les bords du Krimmeri, ne le frustre pas.

« Devenir pro, ça ne se joue parfois pas à grand-chose, même si le talent ça aide aussi » , sourit le Haut-Rhinois, capitaine en U17 et U 19, livreur de profession. « Je suis content pour eux. Moi, j’ai donné tout ce que j’avais. Et je n’allais pas tout lâcher du jour au lendemain. Je voulais continuer de jouer à un bon niveau et dans un coin de ma tête, j’espère encore gagner ma vie grâce au foot. Même si je reste humble, je me dis que tout est encore possible. »

Comme d’autres anciens du Racing, c’est à Biesheim que Kevin Meyer a atterri à l’été 2017. Moins affûté physiquement – « je m’étais laissé un peu aller » –, il a vécu une saison en demi-teinte, à la recherche de temps de jeu dans le couloir gauche de la défense rhénane. Ce qui lui avait notamment valu de vivre par procuration la formidable épopée en Coupe de France.

Depuis le début du championnat, la donne a changé. L’ancien milieu défensif est devenu un des hommes de base de Hervé Milazzo. Systématiquement titulaire, il n’a manqué qu’un match pour cause de suspension.

• « J’aime défendre et j’ai toujours appris à aller au duel »

« La saison dernière, même si je ne jouais pas autant que je l’aurais voulu, je n’ai rien lâché, j’ai gardé un bon état d’esprit » , explique celui qui a reculé en défense chez les U 19 deuxième année. « Aujourd’hui, j’ai la confiance du coach à un poste qui me correspond. J’aime défendre et j’ai toujours appris à aller au duel. »

Reste encore à améliorer son rendement offensif et à mieux anticiper pour remplir le cahier des charges fixé par son entraîneur. Dans une saison moins flamboyante que la précédente, Kevin Meyer et l’ASCB semblent avoir recouvré leurs esprits depuis peu.

«  C’est vrai que l’an dernier la coupe nous a donné un élan, on faisait des résultats contre n’importe qui » , assure-t-il. « Là, en début de saison, on prenait beaucoup de buts tout en marquant moins. Biesheim n’est plus cette équipe qui est prise à la légère. On a retrouvé une sorte d’équilibre. On commence le match en ne voulant pas encaisser le moindre but. » Ce qui n’est pas pour lui déplaire.

Demain, c’est la réserve troyenne qui sera sur son chemin, après celles de Nancy et du Racing. « C’est toujours difficile d’enchaîner les centres de formation. Il y a du talent, ça joue au foot et des pros peuvent descendre… »

Une façon, aussi, pour le latéral de montrer qu’il est au niveau. Il n’est pas question ici de revanche. Mais simplement de « motivation ». Car même en N3, Kevin n’a pas renoncé à donner le meilleur de lui-même…

Source : L’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter