MILAZZO VEUT PASSER LA CINQUIÈME

News
MILAZZO VEUT PASSER LA CINQUIÈME

Publié il y a 3 mois par

L’ASC Biesheim a besoin d’un succès, aujourd’hui à Vauban ou samedi prochain face au FC Agglo Troyenne, pour se maintenir à coup sûr en N3. S’il atteint cet objectif, Hervé Milazzo rempilera pour une cinquième saison, en accord avec le futur président Vincent Schmitt.

MILAZZO VEUT PASSER LA CINQUIÈME

Après l’aventure exceptionnelle vécue l’an passé – un 16e de finale de Coupe de France et une deuxième place en N3 –, l’ASC Biesheim a un temps cru que le miracle pouvait devenir la norme.

• «Sur la même longueur d’onde»

Fort d’un effectif quasi inchangé, le club rhénan a attaqué cet exercice 2018-2019 avec l’espoir légitime de se mêler à la lutte pour l’accession en N2. Las, les poids lourds que sont le FC Mulhouse ou la réserve du RC Strasbourg – pour ne citer qu’eux – ont ramené l’ASCB à son rang naturel, celui d’un petit village de 2 600 habitants aux moyens limités, dont la présence au niveau national ne tient qu’à un fil.

Le retour à la réalité a été rude. Mais il n’a pas entamé la détermination d’Hervé Milazzo à poursuivre le travail commencé en 2015. Lundi dernier, le coach a été convié à un entretien avec son néo-président Vincent Schmitt (*). Durant cet échange, les deux hommes ont posé le même regard, lucide, sur la situation. Ils en sont ressortis avec le sentiment d’être « sur la même longueur d’onde ».

« C’est un critère très important  », insiste l’entraîneur. « On a chacun tenu un discours très franc, correct et droit, dans une bonne ambiance. » Au terme de ce rendez-vous, le salarié et son potentiel futur patron ont conclu un “deal” simple. S’il décroche le maintien en N3, le premier nommé rempilera pour une cinquième saison sur le banc biesheimois. Dans le cas contraire, il s’en ira.

« Je me sens bien ici » , confie-t-il. « Il n’y a donc pas de raison que je ne continue pas. Ça fait quatre ans que je suis là, on a accompli de belles choses et je connais de mieux en mieux les équipes du championnat. »

La prolongation d’Hervé Milazzo pourrait être actée dès ce soir, pour peu que ses hommes l’emportent à Vauban. Au classement du groupe Grand Est de N3, seulement deux longueurs séparent la formation rhénane (7e , 31 pts) de son hôte, premier relégable (12e, 29 pts).

« J’ai étudié les 25 000 scénarios possibles » , sourit le stratège haut-rhinois. « Même si on perd, une victoire face au FC Agglo Troyenne lors de la dernière journée (samedi prochain à domicile) nous permettrait de valider notre maintien. »

Jouer sa survie sur une rencontre ? Biesheim « l’a déjà fait » – avec succès – en 2016, rappelle Hervé Milazzo. Cela ne signifie pas pour autant que l’entraîneur a envie de renouveler l’expérience. « Si on peut s’épargner un ultime match à haute tension… »

Les partenaires de Mathieu Wagner devront, en premier lieu, éviter de répéter les mêmes erreurs que le week-end dernier à Sarreguemines, où ils ont essuyé une gifle (5-0).

• « Il ne faudra pas avoir les pieds qui tremblent »

Tout à l’heure, au stade Émile-Stahl de Strasbourg, ils seront vraisemblablement accueillis par une « équipe revancharde », après ses quatre revers consécutifs en N3. 

« Comme nous, les Pierrots cherchent à se sauver. Nous devrons afficher le plus grand sérieux » , résume le coach biesheimois.

« Et malgré l’enjeu, il ne faudra pas être inhibé, ni avoir les pieds qui tremblent. L’aspect psychologique et l’état d’esprit seront essentiels. »

L’ASCB a déjà prouvé à maintes reprises qu’elle savait maîtriser ces paramètres. Ce n’est pas le moment de craquer…

(*) L’actuel membre du bureau directeur succédera à Marc Nagor à l’issue de cette saison.

 

Source : L’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter