SCHILTIGHEIM SANS BRILLER

News
SCHILTIGHEIM SANS BRILLER

Publié il y a 1 an par

Après avoir beaucoup souffert et été mené au score par l’ASC Biesheim, le SC Schiltigheim a renversé la situation sur deux coups de pied arrêtés (2-1) pour se hisser en 32e de finale de la Coupe de France.

SCHILTIGHEIM SANS BRILLER

S’il était un peu chafouin à la fin de cette rencontre du 8e  tour de France, hier à Schiltigheim, Stéphane Crucet était surtout soulagé d’avoir pris la mesure de l’ASC Biesheim (2-1). «  C’était très moyen en première période où on donne encore un but , estimera l’entraîneur schilikois. Heureusement, mes joueurs ont eu l’état d’esprit nécessaire pour se remettre à l’endroit.  »

Les Haut-Rhinois ont d’abord fait les choses comme il le fallait, en ouvrant vite le score. «  On est tombé sur une équipe qui a fait le match que nous attendions. On a subi, sans trop souffrir. Le vrai regret est d’avoir pris deux buts sur deux coups de pied arrêtés », reconnaît Hervé Milazzo, le coach rhénan.

• La belle parade de Kehi

Il a suffi d’une seule accélération pour que son équipe fasse d’abord la différence. Viana a foncé côté droit, Martin a été pris de vitesse avant de glisser sur ses appuis. Le Biesheimois a intelligemment centré en retrait et Fuchs avait pu placer une frappe puissante, le ballon filant sous la barre (0-1, 7e ). Hormis ce tir de Wagner, repoussé par un pied de Schneider (38e ), ce sera la seule occasion haut-rhinoise de la partie. Trop peu finalement pour passer !

Les Schilikois ont ensuite entamé leur « tranquille » domination. Les frappes de Kodjia (18e et 26e ) ont à peine chatouillé les gants de Kehi, celle de Bekoé (sur coup franc) a rasé la transversale (21e ), et le coup de tête de Metzler a raté le cadre (45e +1). Un peu maigrelet quand on est le « gros » de l’affaire.

Les joueurs de Stéphane Crucet ont élevé le ton après la pause. Et Gasser s’est trouvé à point nommé au deuxième poteau pour reprendre un corner frappé par Bekoé (1-1, 56e ).

Gasser, encore lui (61e ), Nellec (62e , 64e ), Genghini, dont la volée a obligé Kehi à une belle parade (69e ), ne sont pas loin de donner l’avantage aux Schilikois. Tout comme Boukalada, à peine entré en jeu (74e ).

• Les Verts rêvent de Paris

Mais c’est après un nouveau coup de pied arrêté, un coup franc de Bekoé, encore lui, que Metzler a dévié la trajectoire du ballon (2-1, 88e ).

« On ne peut pas passer au vu du faible nombre d’occasions que nous nous sommes procuré , reconnaît Saïd Dardouri, le capitaine biesheimois . On a marqué sur notre unique action offensive. Ç’aurait été un hold-up de passer. Le seul regret qu’on puisse avoir, c’est sur les coups de pied arrêtés où on a encaissé les deux buts  ».

C’est Schiltigheim qui, désormais, a le droit de rêver à un joli tirage lundi soir. «  J’aimerais bien le PSG au stade de la Meinau  », finira par lâcher Stéphane Crucet. Même le patron avait retrouvé le sourire…

 

Source : L’alsace 


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter