TRANQUILLE COMME BISCHOFF

News
TRANQUILLE COMME BISCHOFF

Publié il y a 5 mois par

Si son temps de jeu s’est réduit cette saison, cela n’empêche pas Florian Bischoff de rester calme et serein. Comme cela a encore été le cas contre la réserve troyenne.

TRANQUILLE COMME BISCHOFF

« Ça fait du bien de faire un match plein. » Sourire aux lèvres, Florian Bischoff savoure sa titularisation dans l’entrejeu biesheimois en lieu et place de Mathieu Wagner, suspendu contre Troyes II. C’est que le milieu de terrain n’en avait plus l’habitude ces derniers temps, au mieux lancé dans le dernier quart d’heure par Hervé Milazzo.

« J’ai quatre milieux de terrain, je dois faire des choix, souligne son entraîneur. Florian, grâce à son pressing et son jeu long, est capable de nous faire du bien. »

Face à la relève auboise, dans un match fermé relativement insipide, le récupérateur s’est attaché à cadenasser l’entrejeu avec son compère Saïd Dardouri pour contenir les mobylettes troyennes. « Ils n’ont pas réussi à nous transpercer dans le cœur du jeu, constate-t-il. À l’aller (le 8 septembre) , on n’avait pas été assez compact et ils nous avaient fait mal. »

Florian Bischoff s’était, lui, fait mal peu de temps après. Une entorse des ligaments du genou droit qui a pourri son automne. Et l’a logiquement fait reculer dans la hiérarchie quand la saison dernière il avait brillé en Coupe de France face à des formations plus huppées.

« Quand j’ai repris (en décembre) , l’équipe commençait à tourner. Le coach n’y a pas touché. C’était frustrant mais il faut savoir respecter les choix qui sont faits, accepte le milieu de 26 ans. L’essentiel, c’est de prendre des points pour se maintenir au plus vite. »

Contrairement à 2018, l’ASCB ne jouera pas la montée en N2. En revanche, sa réserve, largement en tête de son championnat de R3, peut viser l’accession dans l’élite départementale. L’un des objectifs du club. C’est donc sans état d’âme que Florian Bischoff est redescendu de trois étages pour prêter main-forte aux doublures lorsqu’il était moins utilisé en “une”.

« J’ai fait deux matches pleins en réserve. J’ai même été buteur (lors du choc contre Raedersheim, ndlr) , sourit l’ex-pensionnaire du Racing. Ça m’a permis de retrouver le rythme, de m’affûter. Moi, quand je récupère des ballons, quand je fais mes transversales et que je joue proprement vers l’avant, je me fais plaisir. »

Malgré une rencontre terne face à la réserve troyenne, “Bibi” n’a pas joué les rabat-joie, trop heureux d’apporter sa pierre à l’édifice dans la difficile lutte pour le maintien qui attend les Rhénans.

« Cette saison n’a rien à voir avec la précédente car tout le monde nous attend. On se méfie de nous désormais, assure Florian Bischoff qui ne serait pas contre une seconde titularisation samedi prochain sur la pelouse du leader Sarre-Union. Pour retrouver mon meilleur niveau, il faut que j’enchaîne. »

Voilà qui lui fait au moins un point commun avec une ASC Biesheim trop intermittente depuis le début du championnat.

 

Source : L’Alsace


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter