UN MAINTIEN SINON RIEN

News
UN MAINTIEN SINON RIEN

Publié il y a 1 mois par

En clôture d’une saison harassante, l’ASCB joue cet après-midi son avenir en National 3 sur un match sec face à une formation troyenne libérée.

UN MAINTIEN SINON RIEN

Il existe plusieurs cas de figure favorables à un maintien de l’ASC Biesheim en N3. Le point du match nul ramené des Pierrots Vauban la semaine dernière pourrait suffire si d’aventure le FR Haguenau, à l’étage supérieur, se maintenait. Dans ce cas, ce serait donc Epernay et le perdant du match Nancy II – Vauban qui se retrouverait en R1.

En cas de relégation du FRH, un match nul face à l’Agglo Troyenne pourrait être insuffisant pour les Biesheimois si Amnéville (à Saint-Louis), Sarreguemines (à Thaon) et Vauban chez la réserve de Nancy sortaient vainqueurs de leur rencontre. Biesheim se retrouverait alors 12e et donc relégué car son goal-average est déficitaire face aux Pierrots et aux Faïenciers.

Si l’ASCB venait à s’incliner et que Nancy II l’emportait alors les deux clubs auraient 32 points mais avantage aux Rhénans qui ont disposé deux fois des Nancéiens. Ouf !

Pour ne pas connaître de désillusion et ne pas devoir compter sur les autres, la formation d’Hervé Milazzo serait donc bien inspirée de l’emporter tout à l’heure. Fort d’une série positive dans son antre, Biesheim se trouve en position de force grâce à une succession de victoires. Invaincus depuis le 6 octobre et une défaite face à Thaon-les-Vosges (1-2), Finance et consorts ont depuis enchaîné six victoires pour deux matches nuls soit un total de 20 points sur 26 possibles.

Cette dernière sortie domestique sera aussi l’occasion pour Marc Nagor, le président, de passer la main à Vincent Schmitt après onze ans de présidence. « Il y a onze ans, lorsque j’ai repris, nous étions à deux doigts de tomber, se rappelle l’assureur. Aujourd’hui, nous avons, hormis les U 14 et U 16, toutes nos équipes au plus haut niveau. Cette année, notre équipe réserve accède au R2 et nous comptons 409 licenciés. »

• La “der” du président Marc Nagor

Des souvenirs reviennent forcément peu à peu. « Il y a cette page exceptionnelle de la Coupe de France (défaite en 16e de finale contre Grenoble) que je souhaite à Vincent de vivre. C’est la fin d’un cycle et j’aurais de l’émotion mais je ne veux pas être triste car mes parents vont être là. Nos joueurs vont faire le “taf” samedi soir, ils ont les cartes en main. C’est une manière de féliciter les gens qui m’ont suivi pendant toutes ces années. Le club lui continuera après Marc Nagor car il est sain financièrement et sportivement. »


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter