BIESHEIM SE SABORDE

0

La réception de Forbach sonnait comme une promesse. Celle de pouvoir, vraisemblablement, fêter Noël avant l’heure contre la lanterne rouge à l’agonie depuis sa victoire inaugurale à Haguenau (cinq points en dix matches). Pour profiter pleinement de la trêve, Biesheim n’avait plus qu’un coup de rein à donner pour atteindre son objectif (20 points) et aussi faire oublier la déculottée subie une semaine plus tôt dans le nord de l’Alsace, contre le FRH (4-0).

Le début de match a lui aussi sonné comme une promesse. Celle d’une balade alsacienne contre une formation des plus limitées dans son expression, essentiellement venue défendre dans son 5-3-2.

L’ouverture du score précoce des Rhénans est d’ailleurs allée en ce sens. La tête d’Efondja, sur un centre de Finance, a heurté le poteau de Cappa qui a renvoyé bien malgré lui, du genou, le cuir dans ses propres filets (1-0, 8e ).

La nette domination haut-rhinoise durant la première demi-heure aurait dû trouver son prolongement au tableau d’affichage. Mais Efondja n’a pas cadré, seul au point de penalty (17e ), et les coups francs qui ont amené une pluie de ballons dans la surface mosellane n’ont que trop rarement été dangereux. Suffisant pour laisser en vie Forbach.

 Un penalty qui aurait pu tout changer

Une mauvaise appréciation de Carnovale, sur un coup franc indirect assez lointain, a d’abord coûté l’égalisation à l’ASCB (1-1, 35e ). Dans la foulée, un contre visiteur a montré la soudaine fébrilité de la défense rhénane. Carnovale a remporté son duel face à Bourtal mais Osmani avait suivi (1-2, 40e ).

« On a le match complètement en main, on a même deux balles de deux à zéro. On a la maîtrise mais on ne fait pas preuve d’efficacité contrairement à notre adversaire, pouvait pester le coach Hervé Milazzo. Ça s’est joué sur des détails qui n’ont pas tourné en notre faveur. »

La seconde période a, à son tour, sonné comme une promesse. Celle de la rébellion des Bleus. Le penalty obtenu rapidement par Efondja aurait dû en être l’acte fondateur mais Wagner n’a trouvé que les gants de Cappa (47e ).

Un nouveau coup dur qui a mis la tête sous l’eau à une formation alsacienne volontaire mais de plus en plus brouillonne. L’étincelle qui a jailli des pieds de Viana (65e ) a provoqué un nouvel incendie, à l’issue d’un contre, de l’autre côté du terrain. Carnovale a fait barrage à Assou, mais Osmani traînait encore par là (1-3, 66e )…

La réduction du score tardive d’Efondja, après une première tête de Carlier (2-3, 79e ), ne sera, elle, le signe d’aucune promesse. Si ce n’est celle d’aviver une légitime frustration. Car le mal était déjà fait. Et les dernières ruades de Bischoff (90e +3) et Jacquat (90e +4) n’y ont rien changé.

« Il n’y a pas encore le feu, on garde une marge sur les équipes relégables, préférait tempérer Hervé Milazzo. Mais quand on a la possibilité de se donner de l’air, il faut le faire. Il va falloir se remettre d’aplomb. »

Après la trêve, il sera toujours temps de renouer avec les belles promesses qu’ont fait naître l’année 2016…

Par : J-T.W.

Le 18/12/2016

Source : http://c.dna.fr/sports/2016/12/18/biesheim-se-saborde

La feuille de match :

BIESHEIM 2 / 3 FORBACH

Mi-temps : 1-2. Stade municipal. Environ 100 spectateurs. Arbitres : M. Caffe, assisté de MM. Sonntag et Ben Cherif.

Les buts : Cappa (csc 8e ), Efondja (79e ) pour Biesheim ; Osmani (35e , 40e , 66e ) pour Forbach.

Avertissement : Efondja (86e ), Solvet (87e ), Viana (90e +2) à Biesheim ; Bourtal (69e ), Ba (84e ), Fernandez Aznar (90e +2), Cappa (90e +3) à Forbach

BIESHEIM : Carnovale – Finance, Grosperrin, Chevrier, Sakhri – Wagner (cap.) (Carlier, 75e ) – Viana, Bischoff, Mastroianni (Solvet, 59e ), N’Toke (Jacquat, 75e ) – Efondja. Entraîneur : Hervé Milazzo.

FORBACH : Cappa – Bouscchad, Coulibaly, Bnou Marzouk, Kennel, Assou – Traore (Ba, 76e ), Babaya (cap.), Fernandez Aznar – Osmani (Ouadah, 89e ), Bourtal (Di Maria, 68e ). Entraîneur: Mohamed Salem El Foukhari.