Efondja en sauveur

0

En réalisant un doublé et en délivrant une passe décisive, David Efondja a évité à Biesheim de sortir de la Coupe de France par la petite porte. Hier, Sundhoffen lui a tenu la dragée haute.

Avec Biesheim, ce n’est jamais fini. La saison dernière, c’est en gagnant plusieurs matches dans le money-time que le club rhénan a préservé sa place en CFA 2.

Hier, au stade Raymond-Bollinger, c’est Sundhoffen qui a goûté à ce fighting spirit incarné par le rentrant David Efondja. Alors que le pensionnaire de l’Excellence entrevoyait l’exploit et le 5e tour de la Coupe de France, l’attaquant est venu couper au premier poteau un centre contré de Carlier (1-1, 90e +1). « À l’entraînement, le coach (Hervé Milazzo) nous dit toujours de suivre les actions dans la surface, raconte l’homme du jour. Les matches de coupe, ce n’est pas une affaire de niveau, c’est avant tout un état d’esprit. »

Avant cette égalisation flatteuse, l’état d’esprit était plutôt du côté de Sundhoffen. Parfaitement organisés dans un 3-5-2 new-look, les Rouges ont maîtrisé leur affaire jusqu’à ce fameux temps additionnel.

L’ouverture du score signée Miollany, suite à un jeu à trois avec Carvigan et Imhoff, est venue récompenser une entame de match prometteuse (1-0, 16e ). Et comme en face, rien n’était à signaler au grand désarroi de Hervé Milazzo, exception faite d’un coup franc de Mastroianni sorti de sa lucarne par D’Alessio (39e ), l’ASS pouvait prendre confiance.

Au point de manquer de faire le break au retour des vestiaires, Wolff loupant le cuir face au but vide (58e ) et trouvant le poteau de la tête (63e ). Le tournant du match.

« À trois minutes près…, peste Francis Miollany. On a eu plus d’occasions qu’eux, mais on ne concrétise pas. C’est rageant, c’est frustrant. » Ces opportunités ratées, Sundhoffen est donc venu à les regretter dans la dernière ligne droite, lorsque Biesheim a enfin accéléré. Viana et Wagner n’ont pas trouvé la faille (90e ) mais Efondja a été plus en réussite.

La prolongation a confirmé la montée en puissance des visiteurs. Efondja, toujours lui, a d’abord fait briller d’Alessio (101e ) avant de le tromper en deux temps à la conclusion d’un numéro de Solvet (1-2, 106e ). Un coup de massue pour Sundhoffen incapable de revenir au score alors que Miollany avait dribblé Kehi (107e ).

La fin de match à l’avantage des Rhénans permettra à Efondja de se distinguer une nouvelle fois en chipant le cuir dans les pieds de D’Alessio pour offrir le troisième but à Viana, plein de sang-froid sur son lob (1-3, 116e ).

L’audace d’Antonio Gurnari a failli payer. « On voulait renforcer notre système défensif pour les contenir. On avait bien travaillé ce schéma (3-5-2). Il y avait de la discipline tactique, de la solidarité. J’espère que c’est le début de quelque chose pour nous, même si aujourd’hui (hier) on ne méritait pas ça. »

Oui mais voilà, Biesheim n’abdique jamais. Le secret de sa réussite en 2016.

Source: http://c.dna.fr/sports/2016/09/26/efondja-en-sauveur

La feuille de match

SUNDHOFFEN 1 – 3 BIESHEIM (ap )

Mi-temps : 1-0. – Stade Raymond-Bollinger. Environ : 300 spectateurs. Arbitre : M. Tournegros, assisté de MM. Abderrazak et Lanzafame.

Les buts : Miollany (16e ) pour Sundhoffen ; Efondja (90e +1, 106e ), Viana (116e ) pour Biesheim.

Avertissement : Miollany (78e ) à Sundhoffen.