Loïc Miliani a sauté le pas

0

photo-dna-michel-kurst

Arrivé en 2002 à l’ASIM, le gaucher a récité toutes ses gammes dans les catégories des jeunes tout en gravissant les différents échelons jusqu’à l’équipe fanion. Après quinze années, et plus de 6 saison en CFA2, il quitte la maison orange et noire.

« Je ne retiens que du positif, livre Loïc Miliani. Actuellement, il y a de super gars dans le groupe. Il y a des personnes comme Mohamed Ghalem, ou le président Roger Schirck avec qui j’entretiens toujours de bons rapports, et je leur souhaite le meilleur pour la suite ». Suite au départ de Cédrick Decker l’été dernier, le milieu offensif a un temps été proche de rejoindre Raon l’Étape, avant que Bruno Paterno ne rejoigne le RCSA. 6 mois plus tard, c’est finalement toujours en Alsace, et en CFA2, qu’il poursuit sa route.

« Je sentais que je ne progressais plus, confie-t-il. Pour continuer à avancer, c’était sûrement le moment de changer de club et de voir autre chose ». Au courant de la disponibilité du joueur, Biesheim s’est présenté. Il y retrouvera Yoann Grosperrin et Gilles Mastroianni qu’il a côtoyé à Illzach, mais aussi et surtout Hervé Milazzo, arrivé en 2015. « J’ai joué avec lui, je connais sa façon de voir le foot et je suis totalement d’accord avec ses idées. J’ai senti de la confiance, l’envie de me recruter. Je pense que tout ça a pesé ».

Coéquipier de Loïc Miliani de 2010 à 2012, le tacticien biesheimois définit le nouvel arrivé comme « un joueur très intéressant humainement et sportivement ». Et qui, malgré son vécu, peut encore franchir un palier. « Il a une marge de progression intéressante, analyse Hervé Milazzo. Je souhaite qu’il puisse progresser parce que c’est un garçon qui n’a que 25 ans, qui est encore perfectible. Et j’espère qu’il va nous apporter, notamment au niveau de sa percussion et de son inteligence de jeu ».

Un attout offensif supplémentaire dans la manche de l’entraîneur avant d’affronter Sarre Union, quatrième du groupe D. Bien qu’une victoire rapprocherait son équipe du haut de tableau, l’ancien joueur de Mulhouse et Grenoble ne veut entendre parler que d’une chose : le maintien. « Au 1er juin, on s’était donné comme objectif de gagner 10 matchs dans la saison ». À 14 matchs de l’issue du championnat, sa formation a rempli la moitié du contrat.
Par Robin Jaeglé

En savoir plus sur http://lafa.fff.fr/cg/0300//www/actu/2198571.shtml#WbirWj3xHeqkAISv.99

Retrouvez le profil de Loic Miliani sur foot national: